Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 07:44

logo-El-Confidencial.gif 

  Lunes, 31 de enero de 2011 - 19:01h

 
3.500.000 lectores influyentes

OPINIÓN
EL CONFIDENTE
Unos 10.000 masones franceses quieren afiliarse a la Gran Logia de España

 Redacción - 28/01/2011

La masonería francesa vive horas bajas. Tanto que unos 10.000 masones de este país pueden abandonar la Gran Logia Nacional de Francia (GLNF) para ingresar en la Gran Logia de España (GLE), lo que representaría una fuga sin precedentes en esta organización. ¿El motivo? La mayor crisis de la historia de la GLNF está provocada por los devaneos políticos de su Gran Maestre, François Stifani. Hay dos temas tabús para los masones: religión y política. Cualquier miembro puede ser o ejercer en esos dos ámbitos, pero no puede hacer proselitismo.

Stifani rompió las reglas y el 19 de enero del 2009 escribió una carta al presidente francés, Nicolás Sarkozy, en la que le expresaba su apoyo a él y a varios de los miembros de su gabinete e íntimos colaboradores, como Christian Blanc (que el año pasado tuvo que dimitir por un caso de corrupción), Brice Hortefeux (actual ministro del Interior), Roger Karoutchi, Hubert Falco y Christine Boutin. “Les ayudaré todo lo que necesiten en sus proyectos, como los masones de mi obediencia lo hacen para usted. Usted es el primer presidente con el que estamos totalmente de acuerdo. Y puede contar con nuestra Orden para acometer sus futuras reformas”, decía Stifani en su misiva. El 5 de febrero, Sarkozy le respondía que su mensaje le había “tocado mucho”. Añadía que “la confianza que usted me certifica y el apoyo que me brinda, me confortan en mi firme voluntad de proseguir el movimiento de reformas iniciado para adaptar nuestro país a las nuevas urgencias y conferirle un lugar determinante en la evolución del mundo”.

La tormenta desatada por el apoyo a Sarkozy amenazó con una escisión en la GLNF, la más importante organización masónica de ese país, que cuenta con 43.000 afiliados. Un grupo de miembros de la institución intentó forzar la dimisión del Gran Maestre, pero éste se resistió a ello y se negó a convocar una asamblea general para discutir el conflicto. Es más: dimitió como presidente de la GNLF creando un vacío de poder, aunque conservó su cargo de presidente de la Asociación de la organización, que es comparable a una Fundación.

La Justicia interviene la organización

Los masones acudieron a los tribunales y el pasado lunes un tribunal de París intervino la GLNF y designó a la magistrada Monique Legrand “administradora judicial por un plazo de seis meses”. Una de sus misiones es convocar la asamblea para revocar al presidente de la Gran Logia y a algunos miembros de su consejo de administración. También deberá presentar ante la asamblea las cuentas 2008-2009 y el presupuesto 2010-2011 de la institución.

Ante ello, un sector de masones de la GLNF han iniciado contactos con sus homólogos españoles de la GLE para sondear la posibilidad de abandonar la militancia en la institución francesa y afiliarse a las logias españolas, especialmente en las que se encuentran en territorios cercanos al país vecino como Cataluña, Aragón, Navarra y País Vasco. Entre la organización francesa y la española existen fuertes vínculos: ambas están consideradas “logias regulares”, que dependen de lo que se conoce como “obediencia inglesa”, las más antiguas e importantes del mundo.

Fuentes de la Gran Logia de España consultadas por El Confidencial apuntan a que “lo que ha habido, de momento, son algunos contactos de los hermanos de Francia para saber si la GLE les abriría sus puertas, ya que la organización en aquel país ha sufrido un duro golpe por la actuación de su Gran Maestre”. Estas fuentes subrayan que “la crisis en la GLNF es muy fuerte y muchos miembros nos han hecho llegar su intención de no continuar afiliados a la organización, ya que están muy decepcionados por la manipulación política que se ha hecho de la institución. Una cosa es que pueda haber masones en la política y otra muy distinta es poner una institución como ésta al servicio de unos intereses, lo que está prohibido. Stifani ha traicionado a la masonería”.

En España, la GLE está dirigida actualmente por el abogado valenciano Óscar de Alfonso, que ha logrado apaciguar las aguas dentro de la organización después de un periodo convulso por algunas actuaciones del anterior Gran Maestre, el tarraconense José Carretero. El número de masones afiliados a la GLE es de unos 2.500. Aún así, es la mayor de las logias que existe en nuestro país. Por ello, una llegada masiva de miembros del vecino país podría abrir una incógnita sobre el futuro de la organización, ya que podrían dominar con claridad las asambleas. “Aunque finalmente no sean 10.000 los fugados de Francia, sí que hay varios miles que están dispuestos a dar el paso. Pero primero habrá que ver cómo se podrían integrar sin que pongan en peligro la estabilidad de la GLE”. La limitación del voto o ciertas condiciones sobre elegibilidad podrían ser la solución para dar cabida a esta importante inyección de capital humano.

 

TRADUCTION :

 

 Un lundi, le 31 janvier 2011 - 19:01h


3.500.000 des lecteurs influents

UNE OPINION
LE CONFIDENT
Environ 10.000 francs - maçons français veulent s'affilier à la Grande Loge de l'Espagne

 Une rédaction - un 28/01/2011

La franc-maçonnerie française vit de basses heures. Tant qu'environ 10.000 francs - maçons de ce pays peuvent abandonner la Grande Loge Nationale de la France (GLNF) pour rentrer à la Grande Loge de l'Espagne (GLE) ce qui représenterait une fuite sans des précédents dans cette organisation. Le motif ? La plus grande crise de l'histoire de la GLNF est provoquée par les amourettes politiques de son Grand Maître, de François Stifani. Il y a deux sujets des tabous pour les francs - maçons : une religion et une politique. N'importe quel membre peut être ou exercer dans ces deux domaines, mais il(elle) ne peut pas faire un prosélytisme.

Stifani a cassé les règles et le 19 janvier 2009 a écrit une lettre(carte) au président français, Nicolas Sarkozy, dans laquelle il(elle) exprimait son appui à lui et à divers des membres de son cabinet et intimes collaborateurs, comme Christian Blanc (que l'année passée a eu à démissionner par un cas de corruption), Brice Hortefeux (un actuel ministre de l'intérieur), Roger Karoutchi, Hubert Falco et Christine Boutin. "Je les aiderai tout ce dont ils(elles) ont besoin dans ses projets, comme les francs - maçons de mon obéissance le font pour vous. Vous êtes le premier président avec qui nous sommes d'accord totalement. Et il(elle) peut disposer(compter sur) de notre Ordre pour attaquer(entreprendre) ses réformes futures", disait Stifani dans sa missive. Le 5 février, Sarkozy lui répondait que son message il existait "une coiffure beaucoup". Il(elle) ajoutait que "la confiance que vous me certifiez et l'appui qui m'offre, ils(elles) me réconfortent dans ma volonté ferme de poursuivre le mouvement de réformes initié pour adapter notre pays aux nouvelles urgences et pour lui attribuer un lieu déterminant dans l'évolution du monde".

 

L'orage détaché par l'appui à Sarkozy a menacé avec une scission dans la GLNF, l'organisation la plus importante maçonnique de ce pays, qui dispose(compte sur) de 43.000 affûtages. Un groupe de membres de l'institution ont essayé de forcer depuis la démission du Grand Maître, mais celui-ci s'est refusé à cela et s'est refusé à convoquer une assemblée générale pour discuter le conflit. Il(elle) est plus : il(elle) a démissionné comme président de la GNLF en créant un vide de pouvoir(puissance), bien qu'il(elle) a conservé sa charge(poste) de président de l'Association de l'organisation, qui est comparable avec une Fondation.

La Justice contrôle l'organisation

 

 Les francs - maçons se sont présentés aux tribunaux et le lundi passé un tribunal de Paris a contrôlé la GLNF et Monique Legrand a désigné le magistrada "une administratrice judiciaire par un délai(terme) de six mois". L'une de ses missions est de convoquer l'assemblée pour révoquer le président de la Grande Loge et quelques membres de son conseil d'administration. Aussi 2008-2009 et le budget devra présenter devant l'assemblée les comptes 2010-2011 de l'institution.

Devant cela, un secteur de francs - maçons de la GLNF ils(elles) ont initié des contacts avec ses Espagnols homologues de la GLE pour sonder la possibilité d'abandonner le militantisme dans l'institution française et de s'affilier aux loges espagnoles, spécialement dans celles qui se trouvent dans des territoires proches du pays voisin comme la Catalogne, l'Aragon, la Navarre et le Pays basque. Entre l'organisation française et l'Espagnole existent de forts liens : les deux considérer les "loges régulières", qui dépendent de ce qui est connu comme "obéissance anglaise", plus antique et important du monde.

 

 Des fontaines(sources) de la Grande Loge de l'Espagne consultées par Le Confidentiel pointent qui "ce qui a existé, pour le moment, sont quelques contacts des frères de la France pour savoir si la GLE ouvrirait ses portes, puisque l'organisation dans ce pays a subi un coup dur par le comportement(rôle) de son Grand Maître". Ces fontaines(sources) soulignent que "la crise dans la GLNF est très forte et beaucoup de membres nous ont fait arriver son intention de ne pas rester adhérents à l'organisation, puisqu'ils sont très déçus par la manipulation politique qui a été faite de l'institution. Une chose consiste en ce qu'il peut y avoir des francs - maçons dans la politique et l'autre très distincte est de mettre une institution comme celle-ci au service de quelques intérêts ce qui est défendu. Stifani a trahi la franc-maçonnerie".

 

En Espagne, la GLE José Carretero est actuellement dirigé par l'avocat valencien Óscar d'Alphonse, qui a réussi à apaiser les eaux à l'intérieur de l'organisation après une période convulsée par quelques rôles du Grand Maître antérieur, le tarraconense. Le nombre de francs - maçons adhérents à la GLE sont d'environ 2.500. Et encore, c'est la plus grande des loges qui existe dans notre pays. Par cela, une arrivée massive de membres du pays voisin pourrait ouvrir une inconnue sur l'avenir de l'organisation, puisqu'ils(elles) pourraient dominer avec clarté les assemblées. "Bien que finalement 10.000 ne soient pas les enfuis de la France, oui qu'existe quelques milliers qui sont disposés à donner le pas. Mais d'abord il faudra voir comment ils(elles) pourraient être intégrés sans qu'ils(elles) ne mettent à un danger la stabilité de la GLE". La limitation du vote ou de certaines conditions sur une éligibilité cela pourrait être la solution pour donner une capacité à cette injection importante de capital humain.

Partager cet article

Repost 0
Published by myosotisnormand
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog Le Myosotis de Neustrie
  • Le blog Le Myosotis de Neustrie
  • : Sauvegarde et Promotion de la Franc-Maçonnerie Régulière et de Tradition
  • Contact

Merci de votre visite

Recherche

Menu déroulant

 

   

GRANDE LOGE DE L'ALLIANCE MAÇONNIQUE FRANÇAISE

GL-AMF

 

 


 

 

 

   : Consécration le samedi 28 avril 2012 à Tours  

Archives