Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 00:46

index3.jpg

 

Le Petit Prince et la maçonnerie


indexA la suite d'une panne de moteur, l'aviateur du se poser dans le désert. Le lendemain de
son atterrissage forcé, il est réveillé par une petite voix qui lui demande : "S'il vous plaît…
dessine-moi un maçon !". Très surpris par cette apparition miraculeuse, l'aviateur obéit,
mais aucun de ses maçons ne convient au Petit Prince. Excédé, l'aviateur dessine la caisse
du maçon : "Ça, c'est la caisse. Le maçon que tu veux est dedans". Le petit prince s'en
montre cette fois satisfait et remarque tout de même que le maçon "s'est endormi".
Jour après jour, le petit prince raconte son histoire au pilote. Il vit sur une autre planète, l'astéroïde B612, "à peine plus grande qu'une maison". Son astéroïde avait été découvert par un astronome oriental que personne n'avait pris au sérieux à cause de ses vêtements traditionnels. Refaisant sa conférence en costume et cravate, il avait été cette fois longuement applaudi. Le Petit Prince, quant à lui, travaille à ramoner les volcans et à couper les baobabs pour qu'ils n'envahissent pas sa minuscule planète.
Sur celle-ci, tout corps plongé dans la maçonnerie, reçoit une poussée verticale, de bas en haut, qui l'élève vers la Lumière, au dessus des nuages. L'aviateur cru reconnaitre le principe d'Archimède et le Petit Prince connaissait bien ce personnage, qui disait que tout corps plongé dans l'eau en ressort mouillé. Le pilote demanda ce qu'était la maçonnerie sur cette petite planète et le Petit Prince lui répondit que c'était la boite dans laquelle se trouvaient les maçons. Peu de maçons en sortaient pour atteindre la Lumière, mais ceux qui y parvenaient, suffisaient à éclairer son monde. Le Petit Prince concédait toutefois que si tous les maçons venaient à sortir de la boite, sa planète serait trop petite pour les porter tous.
Pour éviter que tout le monde ne parle en même temps dans boite, le Petit Prince disait que le premier
enseignement des maçons était d'apprendre à se taire pour mieux entendre. Le deuxième était de se comprendre,
de prendre ensemble la diversité des points de vue, car aucun ne pouvait à lui seul représenter même une petite
planète. Enfin le troisième enseignement était d'exalter et de transmettre, la connaissance et les savoirs, afin qu'une
chaine d'union s'établisse, dans le temps et l'espace, entre les maçons d'hier, d'aujourd'hui et de demain. C'est ainsi
que les maçons de la boite progressaient, en faisant toujours trois pas : entendre, comprendre et exaltertransmettre.
index-1.jpgMais si chacun avait adopté ce dispositif en trois degrés, il est vrai qu'il y avait plusieurs
échelles pour sortir de la boite. Il y avait celle de Jacob, et d'autres comme la ziggourat E
TEMEN AN KI ou la Tour de Babel, que les savants, un peu pédants, appelaient : "un axe
théurgique", en faisant des ronds avec les bras, comme des moulins. Sur sa planète le
Petit Prince trouvait amusant ces différents rites par lesquels les maçons voulaient sortir
de la boite. Il pensa quelques fois à organiser des concours d'échelles, mais les maçons
étaient trop jaloux de leur échelle, et ne voulaient en rien la comparer aux autres. Il y
avait des échelles avec un nombre d'échelons différents, allant même jusqu'à 99 pour les égyptiens.

Le Petit Prince se demandait toujours s'il en était de même avec la grande échelle des pompiers, et s'ils se querellaient pour savoir laquelle ils allaient prendre ?
Le Petit Prince passait des heures à observer les maçons grimpant à leur échelle, pour à chaque grade se donner un
nom ronflant. Il aimait les taquiner du bout d'un bâton, surtout ceux qui paraissaient gonflés d'un gros égo et qui
faisaient un drôle de bruit en se dégonflant, ou en retombant au bas de l'échelle. Le Petit Prince savait que l'échelle
des pompiers était télescopique et qu'elle pouvait se déployer à la mesure de l'objectif à atteindre. Il se demandait
s'il en était de même avec celles des maçons de la boite. Beaucoup de maçons de la boite ne savaient même pas que
leur échelle était télescopique et cela navrait un peu le Petit Prince.
Pour tenter de les aider, il avait bien envisagé de les peindre de couleurs différentes, selon la partie de l'échelle où ils
étaient, mais si ceux en bleu, au bas de l'échelle, ne savaient pas qu'il existait d'autres couleurs, les autres en vert et
blancs ne voulaient pas toujours se mettre en bleu et le Petit Prince trouvait que ça faisait tache dans le bleu. Pas
très convaincu par ce système de couleurs, il tenta alors de leur expliquer que l'échelle télescopique était en quatre
parties successives et toutes nécessaires pour sortir de la boite à maçons et accéder à la Lumière. Dans la première le
maçon se construisait lui-même, car il est l'élément de base de tout l'édifice. Dans la deuxième il participait à la
construction de son groupe social, pour comprendre le rôle que chacun devait avoir dans l'intérêt de tous. Dans la
troisième il retrouvait la Parole, car le Monde fut construit par le Verbe comme "principe créateur". Le Petit Prince
aimait beaucoup cette partie, où les maçons prennent conscience de l'étendue de leur échelle, et comme il aimait
beaucoup les roses, il les appela des "roses-croix", la croix formant ce point singulier, où tout ce qui est en bas est
comme tout ce qui est en haut. Dans la quatrième partie, celle qui permet de sortir de la boite, les maçons doivent
savoir établir un "pont" entre la boite et la Lumière. Ces pontifes savent que la Lumière peut aveugler, et qu'elle doit
être diffusée avec une sage prudence et avec discernement, aux autres maçons grimpant à l'échelle. Leur rôle
éminent est alors de préparer tous les maçons à recevoir la Lumière. Gardiens de l'échelle, ils se doivent d'en
conserver la cohérence et la cohésion, en se gardant d'être eux-mêmes éblouis par la Lumière, voire même de se
croire être la Lumière.
petitprince.jpg

 

Le Petit Prince, ne fut pas davantage satisfait de cette échelle télescopique en quatre parties, car beaucoup de maçons l'empruntaient, sans en connaitre les vertus, croyant même qu'ils ne s'élevaient que pour euxmêmes,
et par leurs seuls mérites. Le Petit Prince pensa qu'ils n'étaient
peut-être que des ludions et que la pression d'une lumière trop intense les faisait redescendre au bas de l'échelle. Le Petit Prince entreprit alors de remplir la boite de fraternité, fait d'un mélange d'amour et de respect mutuel. Plongés dans ce liquide les maçons montraient alors une tolérance mutuelle, et par le principe d'Archimède, ils s'élevaient naturellement au sommet de la boite. Dans ces conditions, les différentes échelles et les
différentes couleurs, avaient moins d'importance, car par le seul jeu de la fraternité les maçons pouvaient s'élever en s'entrainant les uns et les autres, en s'appuyant sur l'exemplarité. Ce constat ravi le coeur du Petit Prince et cette nuit là, il put s'endormir heureux et rêver d'un monde où l'amour serait le sang de l'humanité.
J'ai dit ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous remercions pour ce texte : Le Petit Prince et la maçonnerie : 27/10/10 notre F JF TOLEDO qui a été extrait de son site : http://leblogajean.hautetfort.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by myosotisnormand
commenter cet article

commentaires

Mnésis 15/11/2010 13:11


TTCCFF

Vous pourrez également retrouver ce texte parmi d'autres sur

http://www.masoniclib.com/

AF
Mnésis


Présentation

  • : Le blog Le Myosotis de Neustrie
  • Le blog Le Myosotis de Neustrie
  • : Sauvegarde et Promotion de la Franc-Maçonnerie Régulière et de Tradition
  • Contact

Merci de votre visite

Recherche

Menu déroulant

 

   

GRANDE LOGE DE L'ALLIANCE MAÇONNIQUE FRANÇAISE

GL-AMF

 

 


 

 

 

   : Consécration le samedi 28 avril 2012 à Tours  

Archives